Sarah-Jane

Spontanément, j’ai toujours été dans l’observation et l’écoute des gens autour de moi. Aujourd’hui, j’accompagne des personnes qui manifestent un désir sincère de changement dans leur vie. Comme pour beaucoup, mon enfance semblait ne présenter aucun « défaut » et pourtant une sensation de blessure profonde m’a conduite dès mon plus jeune âge à essayer de comprendre et d’apprendre sur moi et les autres. C’est ainsi que s’est ancré en moi le besoin de soutenir les autres. Au moment où pour moi santé et émotions étaient en miettes, j’ai exploré diverses pratiques de guérison. En quête de sens, je me suis intéressée à de nombreux domaines et j’ai développé des compétences au fil des années, jusqu’à reprendre des études pour appuyer mon besoin de transformation intérieure.

voir plus

Abdellah

Nous aspirons tous à notre bonheur, nous le savons, pourquoi continuons-nous à répéter certains schémas négatifs ! Pourquoi avons-nous certaines peurs qui nous bloquent ! Pourquoi n’arrivons-nous pas à avoir des relations plus fluides et harmonieuses avec nos proches, nos partenaires…
Parce qu’il y a une partie de nous que nous ne connaissons pas. Notre inconscient qui est aux commandes à près de 95% du temps. Ça c’est la mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle, c’est qu’en faisant un travail sur nous, on peut comprendre ses schémas, blocages, peurs… et s’en libérer pour apprendre qui nous sommes réellement. C’est tout l’enjeux de ce travail, que j’ai réalisé pour moi-même en 2008 et qui m’avait transformé.


voir plus

Nathalie

J’étais une personne très stressée, très exigeante, inlassablement insatisfaite. Je jugeais les autres, ressentais de la jalousie et je voulais toujours plus alors que je sentais que rien ne me nourrissait profondément. J’étais perdue et pour garder la tête haute, je me réfugiais dans le travail, le sport et la compétition. D’un point de vue extérieur ma vie paraissait comblée mais à l’intérieur j’étais en ruine.Je voulais être parfaite car je pensais que c’était la seule condition pour que l’on m’aime. Je ne m’aimais pas, je n’arrivais pas à être heureuse. J’étais sujette à de violentes crises d’angoisse et de panique où j’avais l’impression que j’allais mourir. J’étais tellement sous l’emprise de mes émotions qu’il m’arrivait de faire des crises d’hystérie qui finissaient toujours en chantage au suicide. Bref j’étais en crise, je sentais un gouffre au fond moi. J’avais essayé de comprendre ce comportement qui me dépassait totalement en pratiquant la méditation, à travers une psychothérapie, puis une hypnothérapie mais rien ne fonctionnait le mal être était toujours là. Jusqu’au jour où j’ai rencontré André Charbonnier.

voir plus

Dilvé

Je collectionnais les voyages, les diplômes, et sans le savoir j’avais développé un besoin compulsif de reconnaissance. Avant mes 30 ans, je parlais 5 langues, j’avais deux maitrises en droit, étudié dans plusieurs universités de grande renommée et déjà vécu dans 7 pays. Peu importe ce que je faisais, je n’étais jamais rassasiée. Je me sentais sans cesse mal interprétée, mal aimée et jamais à ma place, nulle part, j’étais toujours en décalage. En devenant comédienne, j’ai touché du doigt mes émotions, j’étais en fait, un pantin, inondée par une grande colère qui m’était jusqu’alors inconnue.

voir plus

Nadine

Mon parcours professionnel a pris naissance dans le questionnement que j'ai eu très jeune sur le fait de m'être sentie embarquée dans une histoire dont je n'étais pas l’auteure. J'avais la sensation que quelque chose m'interdisait de m'exprimer totalement, librement. Je me sentais en décalage, confrontée à des déterminismes. Il m'est apparu comme essentiel de les dépasser. Pour cela, je suis partie à la découverte de ma psyché, tout au long de ma maîtrise de psychopathologie de l'enfant et aux côtés de professeurs de renom comme Me Ancelin Schützenberger (école de psychogénéalogie), Claude Sabbah (biologie totale), Jean-Pierre Garnier (théorie du dédoublement), et Pierre-Etienne Bourget (Fondation Conscience et Réalisation). J'ai beaucoup appris de ces enseignements, et j'ai pu ressentir à quel point ces formateurs étaient alignés, précis, dans un état intérieur particulier, reliés à leur intuition. J'expérimentais une autre dimension, au delà du mental, de la parole juste et de sa puissance. Mais comment développer cette sensation nouvelle en moi? J'avais la certitude que l'harmonie, la clarté et la justesse naissaient de cette connexion… Désireuse de transmettre mes connaissances, j'ai travaillé avec des thérapeutes dans le cadre de séminaires, puis dans l'élaboration d'un protocole d'entretien qui m'a permis de me lancer en tant que thérapeute. Je commençais à peine à me poser dans la vie, à développer une vraie présence dans mes consultations. C'est alors que ma vie familiale a basculé, j'ai brutalement arrêté mon activité, et j'ai mis un frein à mes aspirations. Je ressentais un profond malaise face à cette rupture dans ma vie et je résistais à l'idée qu'il était possible de dépasser cette souffrance.

voir plus

Mathieu

Arraché très tôt, trop tôt, à l’innocence et l’insouciance de l’enfance, accaparé par des préoccupations d’adulte, je me suis construit en m’appuyant sur cette phrase qui m’a longtemps accompagnée : « Ce qui ne te détruit pas, te rend plus fort ! ». J’appréhendais alors la vie comme une lutte, un combat, qui aura pour conséquence de m’en couper. Si je me lançais dans la vie avec enthousiasme et énergie, trébuchant régulièrement en me prenant les pieds dans le tapis, je me relevais avec entrain en accueillant ces chutes comme autant de nouvelles expériences. À 25 ans, je notais déjà que les situations avaient beau se succéder, elles se ressemblaient, faisant naître une sensation de déjà vécu. En effet, la personne en face pouvait être différente, mais la situation, elle, se reproduisait. À 30 ans, animé par le désir d’avancer, de construire, fort de prises de conscience, je décidais d’être vigilant pour éviter de reproduire les mêmes schémas, les mêmes "erreurs". Après avoir cherché des solutions via différents moyens (PNL, hypnose, etc) forcé de constater que je faisais du surplace. Prisonnier de la sensation de donner un coup de volant pour éviter l’obstacle que je pressentais arriver : soit la direction ne répondait pas, soit par ricochet je me retrouvais au pied du mur au même endroit. Il y avait "quelque chose de plus fort que moi", à me demander si on m’avait jeté un sort ? Dans un profond sentiment de lassitude, je me sentais glisser sur la pente descendante de la résignation, du désespoir et de la dépression.

voir plus

Joëlle

Lorsque j’ai contacté André, le 10 décembre 2014, je savais que quelque chose n’allait pas dans ma vie, mais je ne trouvais pas comment m’en sortir seule. Pourtant, je lisais déjà des livres de développement personnel sans réussir à appliquer dans ma vie les grands principes décrits dans ces ouvrages. En tant qu’infirmière, je voulais soigner autrement, aider les gens à s’en sortir. Pourtant, je restais piégée dans mes habitudes de vie et de travail, dans mon cercle de confort inconfortable.

voir plus

Emmanuel

Encore une fois, ça finit pareil ! Je me suis dit cela tellement de fois. Après une rupture sentimentale, pour un boulot qui ne me convenait pas, à la suite d’un projet qui n’aboutissait pas… Je passais à côté de ma vie, il fallait que ça change. Je devais me libérer de tous ces schémas répétitifs, surtout de me libérer de ce boulet que je trainais sans cesse. En outre, j’étais de plus en plus angoissé, anxieux, sans énergie. Je devais à tout prix me débarrasser de cette force destructrice qui me poussait vers le bas. Je devais évoluer !

voir plus

Cyrille

Pas de boussole, pas de direction, de force, d’envie. Un sentiment de ne pas du tout être à sa place, d’être un alien dans toutes les situations. Un balancement constant entre “ca va c’est pas si mal”, et un rejet total de mon environnement, de mes amis, de mes projets et de toute ma vie. C’était impossible de décoller ni d’imaginer la suite car j’étais bien trop occupé à survivre l’instant… Je vivais chaque moment dans les limbes, résigné à tout simplement accepter que mon destin était de souffrir en silence.

voir plus

Aude

C’est vers l’âge de 35 ans que j’ai compris que quelque chose ne tournait pas rond dans ma vie et que je vivais sans relâche avec un manque total de confiance en moi et des tonnes de peurs depuis mes 18 ans. Dès qu’il me fallait rencontrer des gens, mettre un projet en place, voire même trouver un peu de sérénité dans ma vie, j’étais comme paralysée, cherchant en vain une issue pour m’échapper des autres et de moi-même. Pourtant la vie semblait m’apporter ce qu’il me fallait pour être heureuse mais je sentais en moi que cela ne me comblait pas. C’est alors que j’ai commencé ma propre analyse et que j’ai réalisé que j’avais peur de tout ! J’ai pu alors mettre en lumière ces peurs qui me menaient « par le bout du nez », mais encore fallait-il que je m’en débarrasse !

voir plus

Elsa

Mon goût pour l’échange m’a amenée depuis petite à pousser toujours un peu plus l’analyse de ce qui nous relie et semble parfois nous opposer, m’amenant naturellement à pousser les portes de ce qui bloque en chacun de nous. Voyageuse dans l’âme, l’enseignement en langues étrangères, la danse, la photographie et la musique m’ont permis de développer au fil du temps mes capacités d’écoute, d’analyse et de m’ouvrir au monde. J’en profitais bien, et pourtant, quelque chose n’allait pas. C’était comme si je n’avais pas le droit d’être heureuse pleinement. Cela aurait pu être la faute à pas de chance, mais la répétition de certains schémas m’indiquait que je devais absolument modifier quelque chose en moi pour m’épanouir à tous les niveaux. Comment pouvais-je avoir de si belles réussites et de si cuisants échecs à la fois ? Comment pouvais-je être clairvoyante pour les autres et pas pour moi ? Cela ne pouvait plus durer ainsi. Une amie m’a alors parlé d’André Charbonnier et donc, sans trop savoir ce qui m’attendait, j’ai pris rdv.

voir plus

Cédric

C’est une idée qui lui revenait souvent : il n’avait pas le mode d’emploi pour vivre. Pourtant il avait toutes les qualités nécessaires. Né en 1979, Cédric Desanlis était un enfant précoce à l’esprit vif et curieux, doté d’une forte empathie et d’une grande intuition; malheureusement les traumatismes s’accumulèrent et sa joie naturelle disparut. Blessures d’abandon, de rejet, traumatismes liés à un climat de violence, il arrive à l’adolescence en se sentant perdu, mal dans sa peau, d’autant plus qu’il est en décalage par rapport à un environnement scolaire qui l’enferme et ne lui permet pas d’exprimer ses capacités. Puis il est confronté à un double deuil. Malgré tout, il trouve la force de poursuivre sa route. Diplômé en droit et sciences politiques, il s’est ensuite cherché dans le domaine artistique mais a vite perdu pied, se retrouvant incapable de vivre une existence humaine dont il ne possédait pas les clefs.

voir plus

Agathe

Mon rêve d'enfant : devenir médecin. Un type de médecin bien particulier : Médecin sans frontières. Sauver les gens, les guérir, ramener la vie lorsque tout n'est plus que souffrance, perte et désolation.

voir plus

Erwan

Aucun vent n’est favorable à celui qui ne sait pas où aller. Cette maxime, je l’ai intégrée à mes dépends puisque pendant des années, je ne savais pas ce que je voulais. Pour être plus précis, je croyais que je ne savais pas, évitant soigneusement d’être ce que je suis. Pire, j’évitais d’en prendre conscience. Je m’arrangeais pour fuir tout ce qui m’apparaissait comme un problème. Il m’a fallu creuser, et encore creuser toujours plus loin dans cet évitement, jusqu’à faire des activités avec lesquelles j’étais, par ailleurs, en complète opposition et dont la seule conclusion honorable était l’échec. Au départ, je n’en avais tout simplement pas conscience. En conséquence, j’accusais mon environnement de tous mes échecs mais aussi de toutes mes frustrations. Pourtant, tout me disait que je regardais au mauvais endroit.

voir plus

Il se peut que l’accompagnant.e que vous recherchez ait choisi.e de ne pas figurer sur cette page